S'informer

S'engager

Archives

Réseau Cétacés

Soutenez Réseau Cétacés
sur MonExTel.com
RC a rejoint la coalition OCEAN2012

Statistiques

  • S'informer - 2792
  • S'engager - 51
  • Commentaires - 619
  • Trackbacks - 814


Australie : des chercheurs lient l'échouage des baleines à la malnutrition...

(Belga) La malnutrition pourrait expliquer la forte augmentation des échouages de baleines à bosse sur les côtes occidentales de l'Australie, ont avancé mercredi des scientifiques lors d'une conférence à Perth.


Humpback_whale_Robert_Pitman_NOAA_PS9 06 06 14.jpg
 


L'autopsie des carcasses, pour la plupart des baleineaux ou de jeunes spécimens, a montré que les baleines échouées souffraient de malnutrition, a relevé Carly Holyoake, de l'université Murdoch.

"Des examens post-mortem et l'analyse de la quantité de graisse dans des échantillons de chair ont montré que la plupart des jeunes étaient dans un état de grave malnutrition", a ajouté la chercheuse.

"La plupart avait un niveau très faible de graisse, indispensable pour l'énergie, la régulation thermique et la capacité à flotter".

De 1989 à 2007, deux à trois baleines à bosse s'échouaient chaque année sur la côte occidentale de l'Australie, notamment dans la moitié sud. Le nombre a grimpé à 13 en 2008, puis à 46 en 2009. 2010 et 2011 ont vu respectivement 16 et 17 baleines s'échouer.

Sur les 17 de 2011, 14 étaient des baleineaux et trois des jeunes. Les causes de la malnutrition peuvent être l'intensification de la pêche commerciale au krill (pour les élevages d'aquaculture) et l'influence, encore mal connue, du réchauffement climatique sur les quantités de krill dans les eaux. Le krill est un élément clé du régime alimentaire des baleines.

Les baleines à bosse voyagent tous les ans entre l'Antarctique et la côte australienne, où elles mettent bas pendant l'hiver de l'hémisphère sud. Mais des baleines femelles échouent à arriver à temps au large de la partie nord de la côte australienne et plusieurs donnent donc naissance dans des eaux très éloignées des endroits traditionnels. "Il est possible qu'une moindre abondance de l'alimentation dans l'Antarctique nécessite un allongement du temps dédié à la recherche d'aliments pour les baleines, d'où un retard dans la migration et un manque de réserve de graisse chez les femelles pleines", a ajouté la scientifique. (Belga)


Source :  levif.be (28.05.14)

Source photo : wikipedia.org




Print | publié le vendredi 6 juin 2014 11:05

Comments have been closed on this topic.